Interview des fondateurs de Gallimaté

Quelle est l’idée ?

On a fait le constat suivant : Berlin est une ville emprunte de tendances, où les berlinois consomment facilement des boissons au maté plutôt que des sodas, quand ils ne boivent pas de bière…

On a eu l’idée et l’envie de lancer un produit adapté au marché français, bon pour la santé, naturel, peu calorique et savoureux. Traditionnellement le maté a un goût tannique, il fallait le rendre accessible. S’il y a bien un point sur lequel les français sont sensibles, c’est le goût. On a donc attaché de l’importance à cela en mêlant des arômes de fleurs de sureau et de combava aux extraits de maté.

A qui s’adresse votre produit ? A quel besoin répond il ?

Gallimaté cible les consommateurs qui ne boivent pas de boissons énergisantes car ils les trouvent trop sucrées ou chimiques. On remarque qu’ils sont aujourd’hui plus sensibles à ce qu’ils ingèrent. La population visée est active et urbaine, jeune (25-40 ans) et souhaite consommer des produits sains et naturels. La boisson est très peu calorique (15 kcal/100 ml).

Où en est le projet ?

On a commencé à travailler sur le concept l’été dernier (août 2016). En février 2017 démarrait la campagne de crowdfunding sur Ulule – financée avec succès. Le produit a été développé pendant l’été avec un partenaire en Lituanie et nous venons de recevoir la production de 15000 bouteilles de Gallimaté. L’objectif maintenant est de faire connaître et apprécier le produit.

Gallimaté a été nommée boisson officielle de l’accélérateur Grant 4 apps, impulsée par le laboratoire Bayer.

Quelles sont les prochaines étapes ?

Après la production, place à la distribution. Nous sommes en phase de commercialisation de la boisson dans les bars et épiceries fines parisiennes pour le moment. Gallimaté sera distribué au printemps prochain en grande distribution dans les rayons boisson et snacking. En parallèle, nous sommes en phase de recherche de fonds.

Retrouvez notre yerba maté (nom originel du maté en Amérique latine) dans une quinzaine de points de vente, tels que le Bar 3 (6e), le café Titon (11e). Mais aussi dans les épiceries de la Maison corp (11e) ainsi que chez BG l’atelier maraîcher (7e) . Liste des points de vente disponible sur le site web gallimate.fr

Combien êtes vous ? Comment vous êtes vous rencontrés ? Quel est votre parcours ?

Nous sommes 2 : Guillaume Vilain et Gonzague Depondt. On était en fac de chimie ensemble à Paris V (Descartes). C’était il y a 15 ans.

Guillaume. Je suis titulaire d’une thèse en sciences de l’environnement sur les gaz à effet de serre. Après un post doc à Berlin où je suis parti m’installer il y a 6 ans, je navigue entre Paris et Berlin.

Gonzague. Après un master en chimie, je me suis orienté en muséographie, un job à la frontière de scénographe et de conservateur au sein d’une petite structure dédiée à l’innovation, pour les musées. Aujourd’hui je suis Prof de santé auprès de travailleurs sociaux. Je les forme à 3 volets de prévention : santé, alimentation et hygiène. Nos parcours nous ont conduit vers l’envie forte de développer un produit sain.

Pourquoi avoir lancé un produit dans la food ?

Le challenge pour nous était de travailler sur un produit peu connu et le faire aimer, sans pour autant le dénaturer. On souhaitait qu’il reste authentique, qu’il nous ressemble. Pour la petite histoire, le maté – matière première de la boisson – provient du Paraguay, où elle est infusée dans une calebasse puis lyophilisée avant d’être transformée en France (Gallimaté est produit dans le Limousin).

Pourquoi, selon vous, la foodtech est un marché à investir ?

On a saisi l’opportunité de lancer une boisson au maté sur un marché où il n’y a pas de réel acteur identifié, sur un segment sain. En parallèle, le marché des boissons en France est porteur et par conséquent riche en innovation produit.

Un conseil à donner à un futur entrepreneur foodtech ?

« Osez… C’est dur mais ça vaut le coup ». C’est une aventure émotionnelle forte, remplie de petits succès.

Si vous deviez décrire Gallimaté en quelques mots clés, ça serait…

#sain #naturel #énergisant

Merci pour votre temps.
Plus d’infos sur la page Facebook de Gallimaté
Aller sur le fil Twitter

Deuxième édition du Food Tech Lab par Business France
#DFNews : Actualité FoodTech - octobre 2017

Laisser un commentaire